traces archéologiques d'anciens fossés ou ruines

         

          Les anciens fossés, aujourd'hui comblés d'humus, n'ont pas la même homogénéité de sol que le terrain environnant. La capacité de rétention d'eau est différent et cela peut se constater dans la teinte du sol, la croissance et la floraison des plantes ; c'est ce que l'on appelle des traces archéologiques. A l'endroit de l'ancien fossé, les herbes sont plus hautes, elles mûriront plus vite et leur occupation est plus dense. Juste après une sécheresse, de longues bandes vertes sont repérables dans un environnement encore sec et après une longue période de pluies, des plantes de milieux humides se régénèrent.

             

                   scirpe des bois                                                  petit jonc

           

                   laîche des bois                                  carex en mottes (touradons)

                    

                         bouleau                                                           saule

         

Il en va de même pour les zones contenant d'importantes fondations enfouies. Le sol pierreux est plus sec et il contient peu d'humus. Les arbres à racines profondes ont du mal à pousser. Ils sont progressivement remplacés par un paysage de lande reconnaissable à sa floraison jaune au printemps.

 

                 

                            ajonc                                                    genêt à balai

           

                         calunne                                                     bruyère

          Mais il faut rester prudent avec ces dernières plantes car, aimant les milieux acides, elles peuvent se confondre avec l'environnement forestier. Nous dirons donc qu'elles pourront être une confirmation plutôt qu'une preuve.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×