plantes apparaissant sur le bombé de la voie romaine

         

.

Lorsqu'un tronçon de voie romaine traverse une forêt, on constate généralement une plus grande biodiversité végétale à l'emplacement du tracé de la voie.

          Quelques arbres et arbustes colonisateurs :  

                

                l'érable champêtre                                                l'orme

            

                         le coudrier                                                    le troëne

                          

                             le fusain                                           le petit houx fragon                      

                         

                                             la viorne lantane 

          On y rencontre également des plantes neutrophiles :

          

                   la mélique                                         le brachypode des bois

                                                                          

               la rose des champs                                  le sceau de Salomon

                           

          le lamier jaune (ortie jaune)                      l'euphorbe des bois

              

                    le fraisier sauvage                                       le pâturin des bois

                       

    la potentille des bois, sans oublier la petite pervenche, souvent en importants tapis,

 

          ainsi que des plantes calcicoles :

         

          le cornouillier sanguin                           la primevère                     le calament officinal

                  

                         l'euonymus                                                   la clématite

 

          et des plantes nitrophiles :

           

                  l'ortie                                        l'euphorbe douce                     l'arum tacheté

.

          Hors du ruban de la voie, de chaque côté les plantes acidiphiles reprennent leurs droits. L'explication est simple. Dans le radier des chaussées, des éléments drainants à base de chaux, sable coquillier ou moellons calcaires ont rendu l'environnement plus basique, et le passage répété des bêtes de somme et des troupeaux a enrichi d'éléments azotés la voie ainsi que les fossés qui la bordent. 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×